Ambassade de la Fédération de Russie en France
Ambassade: +33 1 45 04 05 50
/Service consulaire: +33 1 45 04 05 01
07 mars

L’exposition du Tatarstan (république de la Fédération de Russie) et des court-metrages des réalisatrices russes au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe 7 mars 2019

A la veille de la Journée internationale de la femme le Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe à Paris a préparé un vaste programme pour ses visiteurs. Ils ont assisté à l’ouverture de l’exposition «Ile de Sviajsk, île-miracle et patrimoine culturel du Tatarstan», organisée par la Section de Kazan de l’Union Professionnelle des Artistes de la CEI dans le cadre du projet d’art international «Sanctuaires du Tatarstan». Plusieurs artistes de la ville de Kazan sont venus à Paris pour présenter leurs oeuvres de différents styles et techniques. Cependant tous les tableaux sont unis par le même sujet – représentation des paysages de l’île de Sviajsk - un vrai trésor du Tatarstan. Cette ville-forteresse unique, construite au XVI siècle, a été au cours des siècles un des lieux sacrés de la culture orthodoxe russe attirant de nombreux pélerins de tous les coins du pays. En 2017 la Cathédrale de l’Assomption de l’île de Sviajsk a été inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. L’exposition, ouverte au public jusqu’au 17 mars, comprend également des oeuvres des jeunes peintres – aprentis de l’école de l’art de Kazan «Prostor».

La soirée s’est poursuivie par la projection de court-metrages des réalisatrices russes vivant en France – «Regards de parisiennes russes». En intervenant devant le public le directeur du Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe à Paris, Ministre-conseiller des affaires culturelles de l'Ambassade de Russie en France Leonid Kadychev a remarqué que tous les films étaient focalisés sur le même sujet – relations en famille, liens parents-enfants – la problématique sensible pour la société russe ainsi que française.

«Adieu Athènes» d’Adèle Shaykulova est un drame qui raconte l’histoire de l’effondrement de la famille: pourquoi est-ce que le petit garçon a décidé de quitter ses parents, seront-ils capables de renouer les liens avec leur fils? Ce sont les questionts que se pose la jeune réalisatrice (le film est son oeuvre de fin d’études) et le spectateur est amené à y trouver des reponses.

Nadejda Petrenko dans son film «Testament» aborde le problème de la communication interpersonnelle et interculturelle en familles mixtes, notamment franco-russes.

Le court-metrage qui a clôturé le programme, une comédie de 10 minutes «Table de grands» de Natalia Konchalovskaya décrit un dîner de famille vu à travers le regard d’une petite fille de 7 ans se sentant toute seule en compagnie de ses parents et leurs invités.

Les trois films tournés par de différentes réalisatrices et en différents genres interpellent le spectateur sur l’importance des valeurs familiales dans la vie.