Ambassade de la Fédération de Russie en France
Ambassade: +33 1 45 04 05 50
/Service consulaire: +33 1 45 04 05 01

Intervention de S.E.M.Alexey Meshkov à la cérémonie de la remise des insignes d'officier de l'Ordre des Palmes académiques au Président de l'Academie russe des sciences Alexandre Sergueev, 17 avril 2018

Madame la Secrétaire perpétuelle de l'Academie française des sciences,
Cher Alexandre Mikhailovitch,
Chers académiciens et participants à la séance,

Je suis honoré d'assister à la cérémonie de la remise des insignes d'officier de l'Ordre des Palmes académiques au Président de l'Academie russe des sciences. Il s'agit de la plus haute décoration décernée en République française dans le domaine de l'instruction et de la science et de la plus vieille décoration civile française instituée par Napoléon I en 1808 pour les académiciens et les professeurs de l'Université de Paris et des lycées.

Il existe entre la Russie et la France plus de trois cents ans d'histoire d'échanges scientifiques. Elle a commencé dans le lointain 1717 avec la visite deux tsar russe Pierre I en France. Que notre cérémonie se déroule à côté du buste de Pierre le Grand est symbolique. Comme tout le monde le sait, à la suite de sa visite les relations diplomatiques régulières ont été installées entre la Russie et la France et des émissaires permanents ont été nommés. Cependant cette visite a eu une aussi grande importance aussi pour le développement des sciences en Russie et en France. 

Au cours de son séjour à Paris Pierre I s'est intéressé tout particulièrement aux réalisations scientifiques et techniques françaises, s'est plusieurs fois rendu à l'Academie royale des sciences, a eu de longs entretiens avec ses scientifiques. Ses connaissances étendues n'ont pas passé inaperçues et en décembre 1717 le monarque russe s'est fait élire membre de l'académie pour sa participation dans l'élaboration d'un plan détaillé du bassin de la mer Caspienne. Très impressionné par le système de l'organisation de la science, à son retour Pierre le Grand a donné l'ordre de préparer un projet de création d'une Academie des sciences pour la Russie.

En février 1721 Pierre le Grand a adressé à l'Academie française des sciences une lettre de remerciements pour son élection et a fait part de l'instruction qu'il avait donnée personnellement au nouveau médecin de la cour Ivan Blumentrost de tenir les scientifiques français au courant de toutes les recherches scientifiques effectuées dans les territoires russes.
Depuis l'intérêt sincère et réciproque de nos académies des sciences l'une à l'égard de l'autre n'a jamais faibli. Cette coopération a connu un véritable essor dans la seconde moitié du XIX siècle avec l'élection de nombreux scientifiques russes membres correspondants étrangers de l'Academie des sciences de Paris. Parmi eux - les mathématiciens Mikhaïl Ostrogradsky, Alexandre Lyapounov, Pafnouty Tchebychev, l'astronome Otto Strouvé, le mécanicien Nicolay Zaboudsky. L'amitié entre deux grands microbiologistes Louis Pasteur et Ilya Metchnikov qui a consacré 28 ans de sa vie au travail à l'Institut Pasteur où son talent de chercheur s'est pleinement éclos offre un bel exemple. Le magnifique ouvrage que l'Academie française des sciences a publié l'année dernière nous a appris qu'en tout plus d'une cinquantaine de ses membres soit ont eu des origines russes soit ont fait leur carrière scientifique en Russie.

Aujourd'hui on perpétue les grandes traditions des échanges scientifiques entre nos deux pays recueillant les fruits du travail minutieux de nos chercheurs. Plus de 40 laboratoires franco-russes dans les domaines les plus prometteurs sont opérationnels dont les mathématiques fondamentales, la physique théorique, la chimie, la géologie, la biologie moléculaire et beaucoup d'autres. Ils permettent d'entrevoir l'avenir de l'humanité et d'améliorer la vie de nos compatriotes. Nombre de ces entités ont vu le jour grâce au partenariats que l'Academie russe des sciences à développés avec les organismes scientifiques français et, au titre principal, le Centre national des recherches scientifiques. Je suis convaincu que le nouvel accord signé entre les deux académies permettra d'ouvrir de nouveaux laboratoires conjoints dans d'importants domaines de la médecine, l'écologie, la préservation de l'héritage historique et culturel etc.

Je tiens à souligner que nos gouvernements accordent une importance particulière au développement de la coopération scientifique et technique. En novembre dernier les participants de la réunion du Comité mixte pour la coopération scientifique et technologique à Paris ont pris la décision d'élaborer une feuille de route pour l'enseignement supérieur et les recherches scientifiques pour les 10 ans à venir. Les deux Académies des sciences et personnellement Madame la Secrétaire perpétuelle ici présente prennent activement part dans ce travail. Un haut niveau des recherches fondamentales et appliquées ainsi que la communauté des priorités scientifiques et technologiques des deux pays présentent une base solide pour l'intensification de la coopération scientifique entre la Russie et la France.

La remise d'une haute décoration de la République française au Président de l'Academie russe des sciences réaffirme de façon inconditionnelle et concrète que les échanges scientifiques franco-russes demeure d'actualité. Mais c'est aussi un signe de reconnaissance de l'importante contribution et de la participation personnelle de l'académicien Sergueev dans le développement de la science. Le célèbre écrivain français Jules Verne disait: "Quoi que j'écrive ou invente je serai toujours en-dessous des possibilités réelles. Mais viendra le temps où les progrès de la science dépasseront la force de l'imagination". Je suis persuadé que grâce aux scientifiques comme Alexandre Mikhailovitch nous réduisons de plus en plus la distance entre l'évident et l'incroyable.