Ambassade de la Fédération de Russie en France
Ambassade: +33 1 45 04 05 50
/Service consulaire: +33 1 45 04 05 01
06 septembre

Communiqué de presse de l’Ambassade de Russie en France suite à l’article «Les Tatars, victimes oubliées de l'annexion de la Crimée», paru le 2 septembre 2021 au journal «Le Monde»

En ce qui concerne les fake-news, en voici un bon exemple : l’article du Monde intitulé "Les Tatars, victimes oubliées de l'annexion de la Crimée".

Cette élucubration relate des représailles présumées de la part des autorités russes à l’encontre de certains membres de ce groupe ethnique pour leur implication dans les activités terroristes.

Il apparaît comme évident que l'auteur, E.Grynszpan (envoyé spécial du Monde à Kiev), appartient à la catégorie des «journalistes de chambre» qui diffusent de la désinformation, tout en n’ayant aucune compétence réelle sur le sujet traité. On peut même aller jusqu’à se demander si M. Grynszpan lui-même a déjà visité la Crimée. A la lecture de cet article, il semblerait que non.

Il est nécessaire de rappeler que depuis la réunification de la Crimée avec la Russie, les autorités fédérales continuent à apporter un soutien important au développement intégral de la péninsule, y compris dans le domaine des relations interethniques. En effet, en conformité avec le Décret du Président de la Fédération de Russie du 12 septembre 2015 «Sur les mesures visant à réhabiliter les peuples arménien, bulgare, [...] tatare de Crimée [...] et le soutien de l'État à leur renouveau et à leur développement», un grand travail est mené pour protéger les intérêts de tous les peuples et groupes ethniques de la Crimée, alors que ces derniers avaient sollicité en vain cet arbitrage durant la période où la péninsule faisait partie de l'Ukraine. À titre d’exemple, les représentants des peuples «réhabilités» (dont les tatars de Crimée) ont bénéficié d’aides à hauteur de plus de 10 milliards de roubles (120 millions d'euros) qui ont été allouées dans le cadre du Programme d'État de la République de Crimée pour fournir des logements et renforcer les garanties sociales. De surcroît, la construction de la Mosquée Cathédrale de Simferopol, dont l’inauguration est prévue au printemps 2022, est un exemple vivant de cette dynamique positive.

Notons que jusqu'en 2014 la langue tatare de Crimée n'avait jamais obtenu de statut équivalent à celui de la langue d'État sur la péninsule. Depuis, dans la Crimée russe l'égalité et la diversité linguistique sont désormais inscrites dans la loi. En effet, les médias en langues tatare et ukrainienne y sont très actifs, alors que les membres de ces minorités sont largement représentés dans les structures de gouvernance locales aux côtés des russes.

Il conviendrait de rappeler aux journalistes du Monde que le terrorisme n'a pas de nationalité. En effet, la justice russe traite tous les dossiers des personnes soupçonnées d'être impliquées dans les activités terroristes, quelle que soit leur appartenance ethnique ou religieuse.