Ambassade de la Fédération de Russie en France
Ambassade: +33 1 45 04 05 50
/Service consulaire: +33 1 45 04 05 01

Intervention de S.E.M. Alexey Meshkov à la cérémonie de remise du prix "Russophonie" dans le cadre des Journées du livre russe et des littératures russophones, Paris, 3 février 2018

Madame la maire,

Mesdames et Messieurs les membres du jury du prix "Russophonie",

Mesdames et Messieurs les lauréats,

Mesdames et Messieurs,

J'ai avec beaucoup de plaisir accepté l'invitation d'intervenir à la cérémonie de la remise du prix Russophonie décerné dans le cadre des journées européennes du livre russe dont j'ai beaucoup entendu parler lorsque j'étais encore en poste à Moscou. Depuis mon arrivée à Paris il y a seulement quelques mois j'ai déjà eu l'occasion d'assister à un nombre assez conséquent d'événements mettant à l'honneur la langue et la culture russe. Les journées européennes du livre russe et de la littérature russophone se distinguent parmi les autres par son envergure, un très haut niveau d'organisation et son contenu. Je voudrais à ce propos remercier chaleureusement la Maire du V arrondissement Madame Florence Bertou et les collaborateurs de la mairie pour avoir prêté de magnifiques locaux au cœur du quartier universitaire et pour le soutien dans l'organisation de cet événement.

Cette cérémonie de la remise du prix qui récompense la meilleure traduction d'une œuvre littéraire russe vers le français est sans aucun doute le moment clé de cette fête du livre. Elle rend en quelque sorte justice à ceux qui d'habitude restent dans l'ombre de l'auteur, ceux qui sont son alter ego, le guide dans le monde du lecteur étranger. La grande chance pour chaque auteur est non seulement de trouver son éditeur, mais aussi de rencontrer son traducteur. Cela prédétermine parfois le destin littéraire de l'auteur, sa carrière internationale. Il arrive que la popularité internationale de l'auteur dépasse sa popularité chez lui ce qui est à mettre au crédit d'un traducteur talentueux et attentif.

Maîtrisant moi-même quelques langues étrangères je suis en mesure de pleinement apprécier toute la difficulté et la responsabilité inhérentes au métier de traducteur. Celui qui traduit des œuvres littéraires hormis la maîtrise irréprochable du métier est obligé de posséder un talent littéraire. Toutes ses qualités se retrouvent chez les lauréats du prix. Je ne peux pas manquer de mentionner encore une autre qualité d'un interprète qui est la modestie. Les noms d'écrivains étrangers sont généralement connus ce qui n'est pas toujours le cas des interprètes. Aujourd'hui grâce à ce prix ils sont mis en avant et sont présentés aux lecteurs au même titre que les auteurs.

Cette soirée solennelle clôt un marathon de plusieurs mois qu'ont couru les membres du comité d'organisation du prix avec à leur tête Madame Cristiane Maistre, ainsi que les membres influents du jury composé de Chercheurs dans le domaine de la littérature, d'écrivains et de journalistes connus. Je tiens également à rendre hommage à la fondation Eltsine qui a été à l'origine du prix Russophonie et à ses partenaires en russie - l'institut de la traduction, la fondation le monde russe, le centre russe pour la science et la culture.

L'année 2018 qui vient tout juste de commencer sera riche en grands moments sans l'espace littéraire franco-russe. Beaucoup de rencontres intéressantes nous attendent. La Russie sera l'invité d'honneur du Salon Livre de Paris qui se déroulera entre le 15 et le 19 mars prochains. Une importante délégation d'auteurs russes contemporains écrivant dans tous les genres viendra à Paris à cette occasion. Un riche programme culturel sera proposé aux lecteurs comprenant des rencontres avec des écrivains, des débats, et un pavillon où de nouveaux ouvrages en russes et français seront mis en vente. Je ne vous dévoilerai pas tous les secrets du prochain Salon. J'espère que les rencontres à la mairie du V tel un amuse-bouche n'ont fait qu'aiguiser votre appétit pour la littérature russe.