Ambassade de la Fédération de Russie en France
Ambassade: +33 1 45 04 05 50
/Service consulaire: +33 1 45 04 05 01

Coopération dans le domaine économique

Relations bilatérales économiques et commerciales

Selon le bilan de l’année 2019, le chiffre d’affaires entre la Russie et la France s'élève à 14,93 milliards de dollars ($17,2 milliards en 2018). Les exportations russes représentent $6,37 milliards ($7,6 milliards en 2018) et les importations sont à hauteur de à $8,56 milliards ($9,6 milliards en 2018). 

La France est en 13e position dans le chiffre d’affaires de la Russie (17e en export, 7e en import). Malgré le travail continu des 500 entreprises comptant une participation française en Russie et les 40 sociétés bénéficiant d'une participation russe en France, on constate une baisse du chiffre d’affaires total pour l’année passée. Cet indicateur est influencé par beaucoup de facteurs, y compris la détérioration de la conjoncture économique mondiale.

Dans la structure des exportations et des importations, la part essentielle des échanges revient aux produits minéraux, métaux, moyens de transport, produits chimiques, bois et produits à base de cellulose. La diminution des volumes comptables des exportations russes en France est due à la baisse des volumes de ventes des minéraux, du pétrole et des hydrocarbures. Les importations en provenance de France concernent les machines, les équipements et les moyens de transport, principalement dans le secteur aéronautique. 

Les investissements directs parvenus de France en Russie se sont chiffrés en 2019 à $1,806 milliards, tandis qu’ils se sont élevés à $132 millions de Russie vers la France. Le montant cumulé des investissements français en Russie a atteint $21,769 milliards, alors que ceux de la Russie en France ont représenté $3,104 milliards. Selon le classement des investissements étrangers vers la Russie accumulés en 2019, la France se classe 3e parmi les pays de l’UE et 6e à l'échelle mondiale.

La crise économique provoquée par l’épidémie du coronavirus n’a pas manqué d'influencer l’évolution de la coopération bilatérale commerciale et économique. Toute une série de projets se sont trouvés « semi-gelés ». Il s'est avéré nécessaire de résoudre rapidement les problèmes de réorganisation dus au départ de spécialistes hautement qualifiés français de Russie et de spécialistes russes travaillant en France, comme c'était par exemple le cas au cosmodrome de Kourou. Durant les sept premiers mois de l’année 2020, le chiffre d’affaires russo-français s’est réduit, apparaissant comme une conséquence inévitable de la « coronacrise ». Ce chiffre est passé de €8,249 milliards en 2019 à €7,133 milliards en 2020. Dans ce montant, €3,102 milliards représentent la part des importations russes, tandis que la somme de €4,1031 milliards indique l'état des exportations russes vers la France. 

Nous sommes persuadés que la crise sanitaire et économique que traverse actuellement la communauté internationale porte un caractère provisoire et que grâce aux efforts conjoints de la communauté internationale, nous réussirons non seulement à vaincre l’épidémie, mais aussi à restaurer rapidement la circulation des hommes et des marchandises à travers les frontières, à rétablir les échanges commerciaux et les chaines de matériaux rompues, à redonner vie à la communication humaine. Les opérateurs économiques russes et français ainsi que les structures étatiques concernées ne cessent d’y consacrer tous leurs efforts.

En cette période difficile, le Gouvernement de la Fédération de Russie ainsi que les banques russes ont accordé leur soutien aux entreprises françaises travaillant dans notre pays. Parmi celles que nous avons soutenu financièrement (report du paiement des impôts et des taxes jusqu’à la fin de l’année en cours, offre de crédits aux conditions avantageuses) se trouvent par exemple «Renault-AvtoVAZ», «Danone», «Michelin», «Lactalis». Il convient de noter que les sociétés russes travaillant en France n’ont pas considéré nécessaire de solliciter le soutien des autorités françaises. 

Au niveau intergouvernemental, la coopération économique et commerciale entre la Russie et la France est possible grâce à deux institutions clés : la Commission russo-française pour la coopération bilatérale au niveau des chefs de gouvernement (CIG) et le Conseil économique, financier, industriel et commercial russo-français (CEFIC), le principal organe de travail de la Commission. La CIG a été créée en 1996. Actuellement, sa présidence est assurée par Mikhaïl Michoustine, Président du Gouvernement de la Fédération de Russie pour la partie russe et par Jean Castex, Premier Ministre de la République Française pour la partie française La dernière réunion en date s’est tenue à Moscou le 1er novembre 2013. Il s'agit de la 18ème séance, la prochaine devrait se tenir en France.

Le CEFIC se réunit régulièrement et successivement en Russie et en France. Pour la partie russe, la présidence du CEFIC est assurée par Maxim Rechetnikov, ministre du développement économique de la Fédération de Russie et la partie française est représentée par son homologue, Bruno Le Maire. Les onze groupes de travail thématiques du Conseil travaillent sur les grandes priorités de la coopération économique et commerciale bilatérale, notamment l’aéronautique, les villes «intelligentes et durables», l’aérospatiale, les transports et l’infrastructure routière, le tourisme, l’industrie énergétique, l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques, l’agriculture, les investissements et la modernisation de l’économie, les innovations et les technologies numériques, la protection de la propriété intellectuelle et la lutte anti-contrefaçon.

Sur le plan économique bilatéral, on voit fonctionner efficacement d’autres mécanismes de coopération tels que le Conseil de coopération d’affaires Russie-France (avec le concours de l’Union russe des industriels et des entrepreneurs et de l’Association des entreprises françaises à l’étranger – MEDEF International), le Conseil économique des entreprises russes et françaises (co-présidé par le président de «Novatek» Guennadi Timtchenko et le PDG de «Total» Patrick Pouyanné), la Commission mixte pour le transport automobile (dirigée par les vices-ministres des transports), le Groupe de travail pour l’écologie (au niveau des directeurs de départements du Ministère de la Nature de Russie et du Ministère de la  transition écologique de France), le Groupe de travail pour l’aéronautique (au niveau du directeur de Département de la Rossaviation et du Chef des autorités aéronautiques de France), la Chambre de commerce et d’industrie russo-française etc.

Les dirigeants des sociétés françaises «Danone», «Sanofi», «Saint-Gobain», «Schneider Electric», «Total», et de la banque «Société Générale» participent régulièrement au travail du Conseil consultatif sur les investissements étrangers en Russie auprès du chef du Gouvernement de la Fédération de Russie. 

La coopération interrégionale bénéficie d’un énorme potentiel économique, culturel, scientifique et social. Une année croisée russo-française de coopération interrégionale est prévue en 2021. Un vaste programme est élaboré avec la participation d’organisations et d’établissements russes et français, des autorités régionales et locales, des associations d’amitié, des villes jumelées et d’autres partenaires. Notre reconnaissance va aux autorités françaises, et plus particulièrement au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, mais aussi à l’Association « Cités Unies France » pour leur participation active à la préparation et à la coordination des activités conjointes en vue d’assurer le succès de l’année croisée à venir.